• Hope

Interview de “Café Joyeux", une initiative d'insertion des personnes en situation de handicap (2)

Mis à jour : mars 21



Cécile Gillot, responsable du site Internet de HOPE Lille, et Mathieu Dupuy, responsable de La Lilloise au sein du pôle communication de HOPE, ont interviewé Emeric Broudehoux, bénévole et leader des opérations du futur Café Joyeux Lillois.


Café Joyeux est une entreprise extrêmement touchante dont l’histoire et le commencement a été de donner une chance à tous. Yann Bucaille-Lanrezac, fondateur de Café Joyeux a été interpellé par un jeune autiste, Théo, à la fin d’une navigation : « Eh Capitaine, il parait que tu es patron. Est-ce que t’as pas un métier pour moi ? » ce à quoi Yann a dû répondre par le négatif. Théo est aujourd’hui représenté sur le logo et ce fut le début de la belle aventure Café Joyeux.




Partie 1 : A propos de Café Joyeux

Quels types de clients avez-vous en majorité ?

Café Joyeux s’adresse à tous. Au départ, on ciblait dans nos présentations des adultes et pas forcément, des jeunes, jeunes adultes, étudiants. Et ce qui a été extraordinaire a été que HOPE, une association étudiante, prenne contact avec nous. Et là on a été bouleversés car on n’avait pas imaginé d’une part qu’on puisse nous interpeller et de deux, on n’avait surtout pas imaginé que ça puisse venir de jeunes.

Avez-vous constaté des avancées encourageantes et des changements de comportement des clients, ou au contraire rencontrez-vous des difficultés et obstacles ?

Oui, il y a des changements majeurs, notamment on passe beaucoup plus de temps et on rentre très, très vite en conversation avec les tables voisines, tout le monde se met à s’ouvrir très facilement mais aussi avec les équipiers.



Partie 2 : Expérience de la Lilloise


Comment avez-vous vécu l’expérience de la Lilloise ?


C’était extrêmement important pour moi d’être présent à la course, j’étais bluffé sur la ligne d’arriver de voir tout ce qui a été organisé, c’était super professionnel. C’était génial d’avoir l’opportunité de partager avec ceux qui étaient là brièvement l’aventure de Café Joyeux et de pouvoir remercier avec sincérité le geste qui venait d’être fait via Hope et la Lilloise à Café Joyeux.

Recevez-vous des aides régulières, des dons ou actions caritatives ?


Notre gros travail en coulisse a été d’organiser des réunions dans des cadres privés au près d’entreprise, de particulier ... pour partager le projet et lever des fonds. On a eu un formidable élan de générosité et d’accueil ne serait-ce que par la réception très positive du projet qui s’est traduit, sur des degrés multiples et très variés, en dons ou en proposition de nous accompagner. On a eu la chance d’être accompagné par le DJAMM au théâtre de Mouvaux en Janvier 2020. On a pu partager ce qu’est Café Joyeux devant 700 personnes sur scène dans un contexte extrêmement joyeux.

Les dons de la Lilloise ont-ils permis de faire avancer votre projet d’ouverture à Lille ? Comment le projet avance-t-il ? Nécessitera-t-il plus de fonds dû à la crise actuelle ?


Aujourd’hui Café Joyeux est une entreprise ordinaire dont 100% de l’investissement initial est financé par des dons locaux. Nos investissements servent à financer l’acquisition d’un droit au bail d’avoir un titre de location et l’agencement intérieur. On n’a pas tagué don par don, en revanche je peux vous dire que vous avez contribué, chacun à son niveau, à faire en sorte qu’aujourd’hui on soit sur le point de bientôt boucler notre budget, signer un local et pouvoir démarrer des travaux.



Partie 3 : Conclusion


En conclusion, comment est-ce que tout un chacun peut aider la cause du handicap aujourd’hui ?

Il faut en parler. Si un jour entre étudiants vous avez un coup de mou, un coup de stress, allez dans le futur Café Joyeux Lillois et vous allez en ressortir avec la pêche. Là vous avez une bonne dose naturelle d’énergie.



Rédigé par Fatima Azahra EL OUFIR et Vincent AUROQUE

84 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout